Articles, autour de l'écriture

Comment naît un roman ?

Evidemment je n’ai pas la recette idéale ! Je vous propose ici de plonger un peu plus dans mon univers en vous expliquant ma façon de travailler sur un roman et mon planning d’écriture. Cela peut peut-être vous aider à entamer ou terminer le vôtre. 😉

Premièrement : retenir les idées

Tout un programme ! Il ne vous est jamais arrivé de vous dire : « il faut absolument que je me souvienne de ça ! », pour ma part : souvent ! C’est pourquoi j’ai toujours (ou presque) avec moi soit mon dictaphone, soit un petit calepin et un stylo pour retenir ces idées qui me passent par la tête.
Tout peut être source d’inspiration : un moment vécu, l’apparition d’un coquelicot, une actualité, une journée ensoleillée, la tombée d’un flocon de neige, un passant croisé dans la rue… bref, vous voyez l’idée générale, donc je les stocke ainsi dans mon petit appareil ou sur mon carnet.

Deuxièmement : les organiser

Elles peuvent apparaître des mois voire des années avant de se mettre réellement en place pour devenir une histoire.
Lorsque l’idée principale est assez mature dans mon esprit, j’essaie d’établir un premier plan. Ce dernier est indispensable si on veut une cohésion dans l’histoire et il est un outil sympathique pour organiser le travail à venir que ce soit l’écriture propre ou orienter les recherches à effectuer.
De plus, il m’aide à garder en vue mes objectifs de rédaction. Il me permet aussi de me ramener dans le droit chemin lorsque je pars trop dans tous les sens.
Bien entendu il est plus ou moins évolutif mais sert de fil conducteur tout au long de la rédaction.

Troisièmement : recherches

J’ai souvent effectué une partie des recherches lorsque l’idée principale m’est venue, pour voir si je devais vraiment creuser celle-ci ou la laisser de côté. Mais je me donne un nouveau temps d’investigations juste avant d’entamer la rédaction du roman. Ce laps de temps me permet de me plonger dans l’univers du récit, d’imaginer un peu plus mes personnages dans telle ou telle circonstance, et ainsi, faire naître l’histoire peu à peu presque d’elle-même.
Il peut aussi arriver que je refasse un peu de recherches pendant la rédaction, si l’intrigue prend une direction que je n’avais pas anticiper… 😊

Quatrièmement : rédaction

Chaque écrivain fonctionne différemment: certains vont écrire l’histoire du début à la fin dans l’ordre, d’autres vont commencer par écrire le dernier et le premier chapitre. Moi, j’écris dans le désordre, du moins au début.Je commence donc par écrire chapitre par chapitre de facon aléatoire suivant l’inspiration du moment.t, sur papier exclusivement. Ensuite je retranscris tout ça sur mon ordinateur en reformulant et donnant un sens à chaque partie.

Puis se succèdent les étapes suivantes:
– Relecture (dans l’ordre cette fois) sur impression papier, dans laquelle je vérifie que la chronologie des chapitres correspond bien à mon idée de départ. C’est à ce moment-là que je réorganise mon ouvrage et que le plan initial subit une première transformations. Mon stylo reprend toute sa place et annote toutes les modifications à apporter à chaque page, les paragraphes à ajouter, ceux à supprimer, etc.
Rédaction prenant en compte toutes mes annotations précédentes: rédaction, correction, réécriture, ajout de passages, suppression de certains autres, remodelage d’un chapitre, etc.
 – Nouvelle relecture, annotations, correction et réécriture, autant de fois que nécessaire: il m’est arrivé de relire un texte une dizaine de fois avant de le juger mature.

FB_IMG_1530350898847.jpg

Cinquièmement : récolter des avis

Après ma dernière relecture personnelle, je fais lire mon manuscrit à deux de mes proches pour avoir leurs avis, leur critique.
Je fais ensuite une dernière passe de correction en fonction de leurs remarques (celles que je juge bon de prendre en compte !) ou des points qu’ils m’auront souligné. 😀
D’ailleurs, je vais rechercher deux ou trois personnes supplémentaires… si cela vous dit, contactez-moi 😉 Bien entendu je vais devoir faire des choix : vos arguments et motivations seront donc étudier à la loupe ! 😊

Sixième et dernier point : se dire que c’est fini.

Une dernière chose à prendre en compte et qui a son importance : votre manuscrit ne sera jamais parfait. Oui oui, la perfection n’existe pas !
Plus vous le relirez, plus vous trouverez de choses à changer : une scène à tourner différemment, un personnage à développer, une description à raccourcir, une autre à allonger…
Le manuscrit peut toujours être modifié, se transformer au gré de votre humeur du moment. Par conséquent il faut absolument se dire à un instant donné : c’est fini, je n’y touche plus.

Pour conclure, à chacun son rythme à chacun sa méthode. La mienne me permet d’arriver à bout de mon écrit tant est qu’il puisse être considéré comme terminé.  😉

 

 

Laissez-moi vos impressions en commentaire !
Cet article vous a plu ? Partagez-le. 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s